à l'instant

    Sénégal-Technologies-Education

    Sénégal : les TIC, un élément « incontournable » pour une bonne formation (acteur)

    APA – Dakar (Sénégal) – Par Abdourahmane Diallo

    Une bonne éducation passe, de nos jours, « nécessairement et incontournablement » par les Technologies de l’information et de la communication (TIC), a déclaré, mardi à Dakar, le conseiller en TIC du ministère sénégalais de l’Education nationale.

    De l’avis de Samba Guissé qui s’exprimait à l’occasion d’un atelier de présentation des activités du Fonds de développement du service universel des télécommunications (FDSUT), l’utilisation efficiente des TIC permet de promouvoir efficacement la démocratisation de l’accès à des formations de qualité tout en facilitant la mutualisation des connaissances.

    D’ailleurs, « ces TIC accompagnés par des avancées dans les sciences cognitives et dans les méthodes éducatives sont en train de changer les méthodes et les pratiques d’enseignement et d’apprentissage », a soutenu Samba Guissé, ajoutant par ailleurs que le ministère de l’Education nationale du Sénégal a prévu de promouvoir l’accès équitable des structures éducatives aux équipements, aux ressources numériques et pédagogiques ainsi qu’à Internet.

    Dans la même veine, le ministère prévoit également de former le personnel de l’éducation et les apprenants à l’usage judicieux et efficace des outils et ressources numériques pour améliorer la qualité des enseignements et les apprentissages.

    Le département veut aussi favoriser la production locale et l’accès durable à ces ressources numériques qui doivent être adaptées aux curricula en vigueur, tout en mettant aussi en place un dispositif opérationnel de suivi et de maintenance du parc informatique dans les structures éducatives au niveau central.

    Pour sa part, le directeur de la Recherche et de l’Innovation au ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Amadou Thierno Guèye, a indiqué que les TIC « sont au cœur » du développement de l’enseignement supérieur et de la recherche. Leur utilisation constitue ainsi, d’après lui, « une nouvelle et inéluctable composante » des universités.

    Le président de la FDSUT, Aly Cotto Ndiaye, est, lui, revenu lors de cette rencontre sur le programme pluriannuel du fonds articulé autour de trois axes majeurs : la territorialisation de la couverture de la téléphonie voix et de l’internet, la généralisation des TIC dans l’éducation et l’accompagnement de projets TIC à fort potentiel.

    « Tous les projets que nous avions identifiés sont bouclés pour l’essentiel ou en cours de finalisation », s’est réjoui M. Ndiaye.


     

    ARD/cd/APA

    Réagir à cet article