Burkina – Cedeao -Transition - Chronogramme

La junte de Ouagadougou ne veut pas écourter la transition

APA-Ouagadougou (Burkina Faso)

Le Burkina Faso ne s'est pas plié à la demande de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) de proposer un nouveau chronogramme sur la durée la transition.

La Cedeao n’aura pas un nouveau calendrier de transition au Burkina Faso. L’organisation régionale avait fixé lors de son sommet extraordinaire des chefs d'Etat du 26 mars dernier à Accra au Ghana, deux exigences aux putschistes de Ouagadougou : un nouveau chronogramme pour la transition et la libération « inconditionnelle et sans délai » de l'ancien président Roch Marc Christian Kaboré. 

Si Ouagadougou a répondu favorablement à la seconde requête  en élargissant le président Kaboré, elle reste inflexible sur la première, car estimant que les trois années (36 mois) de transition en cours d'exécution, ont été adoptés de façon « consensuelle » lors des assises nationales du 28 février.

« Nous n'allons pas sacrifier nos efforts pour ramener la paix au Burkina Faso en courant derrière un calendrier intangible », explique Lionel Bilgo, le porte-parole du gouvernement burkinabé à l’Agence France-Presse (AFP).

Les consultations nationales de février dernier, ont fixé une durée de transition de trois ans (36 mois) pour permettre au régime de Paul Henri Damiba Sandaogo de redresser le pays et lutter contre l’insécurité.

Mais la Cedeao juge ce délai trop long et préconise une transition plus courte de 18 mois au maximum. La requête a finalement été rejetée par le gouvernement burkinabè qui estime que l’urgence est de faire face à la menace terroriste. « Nous n'allons pas sacrifier nos efforts pour ramener la paix au Burkina Faso en courant derrière un calendrier intangible », ajoute Lionel Bilgo qui soutient toutefois que son pays est dans les « dispositions pour entendre les remarques de la Cedeao.»

Les autorités de la transition soutiennent que la situation sécuritaire du pays empêche la tenue des élections dans les dix-huit mois à venir. « Est-ce qu'on est capable aujourd'hui, alors qu'on ne peut pas faire 150 km sur notre territoire, d'organiser des élections dans la paix et la quiétude ? », s'interroge Lionel Bilgo, qui estime que les exigences de la Cédéao, « ne tiennent pas du tout compte des réalités de terrain. » 

Le Burkina Faso est en proie à la menace terroriste depuis 2015. Les violences jihadistes au Sahel, notamment au Mali, se sont propagées dans le nord du pays. Dimanche dernier, trois attaques simultanées ont été perpétrées contre un détachement militaire causant la mort de quinze personnes dont neuf militaires. 

CD/APA

Réagir à cet article