S/Leone-Santé

Une crise sanitaire guette Freetown au lendemain des éboulements

APA- Freetown (Sierra Leone)

La Sierra Leone risque d'être frappée par une crise sanitaire majeure en raison des récents éboulements qui ont frappé la capitale Freetown le 14 aout dernier, faisant plus de 400 victimes principalement à Regent, un bidonville situé aux alentours de la capitale, a appris APA lundi dans un communiqué de l’Organisation mondiale de la santé.

« Nous travaillons actuellement en étroite collaboration avec le gouvernement sierra-léonais pour prévenir la propagation de maladies infectieuses telles que le paludisme et le choléra qui apparaissent souvent après des catastrophes comme celle que vient de connaitre Freetown» lit-on dans le document.

Des maladies telles que le choléra et le paludisme font beaucoup de victimes en Sierra Leone chaque année, surtout pendant la saison des pluies lorsque les populations sont plus sensibles aux maladies d’origine hydrique.

En 2012, le président Ernest Bai Koroma avait été contraint de déclarer l'Etat d'urgence après qu’une épidémie de choléra s’était déclaré dans le pays ayant provoqué la mort de plus de 170 personnes.

Beaucoup de résidents de Freetown, en particuliers ceux habitants les bidonvilles surpeuplées n'ont pas accès à l'eau potable et ni à des installations sanitaires appropriées.

Les crises sanitaires que connait fréquemment la Sierra Léone au cours des dernières années sont aggravées par le manque d’eau potable, d’autant plus que 70 personnes de sa population vit en dessous du seuil de pauvreté.

Anticipant une éventuelle crise sanitaire majeure, le ministère de la Santé a lancé samedi un avertissement contre une nouvelle flambée de choléra et d'autres maladies d’origine hydrique en invitant les populations à prendre les mesures d’hygiène de base.

Les inondations et les coulées de boue de la semaine dernière ont emporté de nombreuses maisons, couvert plusieurs puits et bouché les conduites d’eau potable.

La Sierra Léone fait partie des trois pays d’Afrique de l’Ouest avec la Guinée et le Liberia qui avaient été frappés en 2014 par l’une des pires épidémies d'Ebola qu’a connu l’humanité. Les autorités sierra-léonaises ont déjà fait part de leur incapacité de faire face à nouvelle crise sanitaire majeure.

ABJ/pn/of/APA

Réagir à cet article