Sans surprise, Alassane Ouattara est le gagnant du scrutin présidentiel. S'exprimant sur la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI, publique), Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, le président de la Commission Electorale Indépendante (CEI) a renseigné que 17.601 bureaux de vote ont ouvert sur les 22.381 que compte le pays. De fait, 3.269.813 d’électeurs ont pu voter sur les 6.066.441 inscrits sur le fichier électoral. C’est un taux de participation de 53,90 %.

Sur les 3.215.909 suffrages valablement exprimés, le président sortant a récolté 3.031.483 voix, soit 94,27 %. Alassane Ouattara est suivi du candidat indépendant Kouadio Konan Bertin (KKB) crédité de 64.011 voix, soit 1,99%. Henri Konan Bédié du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, opposition) occupe la 3e place avec 53.330 voix, soit 1,66%. Enfin, Pascal Affi N’Guessan du Front Populaire Ivoirien (FPI, opposition) recueille 31.986 voix, soit 0,99%.

Au total, 53.894 bulletins (1,66%) sont considérés nuls là où le nombre de bulletins blancs est évalué à 35.099, soit 1,9%. « Conformément à l’article 59 du Code électoral, la Commission Electorale Indépendante transmettra au Conseil Constitutionnel un exemplaire des procès-verbaux de dépouillement, accompagné des pièces justificatives dans les trois jours qui suivent. A charge pour cette institution de proclamer les résultats définitifs », a conclu le président de la CEI.

Henri Konan Bédié et Pascal Affi N’Guessan avaient demandé à leurs partisans d’entraver la tenue du vote sur toute l’étendue du territoire national. Pourtant, ces deux figures de la scène politique ivoirienne n’avaient pas retiré leur candidature même s’ils affirmaient que celle d’Alassane Ouattara était anticonstitutionnelle. Dans ce contexte tendu, le scrutin de samedi dernier a été émaillé de violences dans certaines localités du pays.

LS/id/te/APA