Ce projet de loi « permet aux CHU de basculer dans une catégorie et  une gestion différente », a indiqué Sidi Touré, faisant observer que «  les CHU deviennent des EPH » mais il n’y a pas de nouveaux  établissements à créer sauf les nouvelles constructions prévues dans le  Plan national de développement sanitaire.

Selon  M. Sidi Touré, il s’agit d’un projet portant réforme hospitalière qui  repose sur la création d’une nouvelle catégorie d’Établissements publics  hospitaliers (EPH) et qui vise à mettre « le malade au cœur du système »  tout en permettant aux hôpitaux de fonctionner suivant un mode de  gestion axé sur les résultats. 

L’Etat ivoirien  veut à travers cette réforme offrir davantage des soins de qualité au  meilleur coût. Le projet de loi engage, à en croire M. Touré, « une  réelle modernisation de la gouvernance des établissements hospitaliers  eu égard à la faculté reconnue aux EPH d’exercer suivant un mode de  gestion privé ». 

Ce modèle de gouvernance des  entités hospitalières, poursuivra-t-il, « garantit la gestion optimale  du patrimoine et la participation des établissements hospitaliers privés  aux services publics hospitaliers en garantissant son caractère social  ». 

Résumant ses propos, il a fait remarquer  qu' « il s’agit d’un changement d’identité et du mode de gestion ».  Toutefois,  cela devrait entrer en vigueur après l’adoption de la loi au  niveau de l’Assemblée nationale ivoirienne.   

AP/ls/APA