Suite à des démarches régulières, Twins Immobilier acquiert en 2020 un terrain de 6000 m2 sur une parcelle de 1,6 ha de réserve foncière de la Société ivoirienne de construction et de gestion immobilière (ex-Sicogi, publique), à la Riviera Golf Zone 1 Ouest, dans la commune chic de Cocody.

Cet espace, destiné à réaliser un géant projet immobilier dénommé "Résidences les tours jumelles", a fait l'objet d'études ainsi que la sélection des entreprises qui doivent construire les logements, déjà soumises à des offres commerciales lors du Salon Archibat en décembre 2021 à Abidjan.

Lundi, la société immobilière a dénoncé face à la presse, des propos du ministre de la Construction, du logement et de l'urbanisme, Bruno Koné, qui a "demandé à la Sicogi d'annuler la vente qui avait été faite".

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux et rediffusée à cette conférence de presse, M. Bruno Koné déclare avoir également "instruit la Sicogi d'établir un protocole d'accord avec les riverains, le syndic de propriété de ce quartier pour mettre à leur disposition ce terrain".

"Ce terrain, je le confirme, il appartient bien à la Sicogi, c'est une réserve prévue pour des constructions ultérieures (..) nous avons tellement de mal à disposer d'espaces verts, d'espaces libres et d'espaces publics que le peu qui est là, nous faisons en sorte de le préserver", a-t-il dit.

Selon Twins immobilier, le ministre lui-même reconnait que c’est une "réserve foncière", ce qui "n’est pas un espace vert". La cité des 10 tours de la Riviera Golf est nichée au cœur plusieurs espaces verts.

"Sur instruction du Premier ministre et du chef de l'Etat, nous allons dénoncer cette cession et donc annuler la vente", a affirmé le ministre en charge de la Construction, devant des riverains, lors d'une visite du site le jeudi 13 janvier 2022.

Dans la foulée de cette déclaration, les agents du ministère de la Construction, du logement et de l’urbanisme, ont procédé le samedi 15 janvier 2022 sans la "moindre notification de mise en demeure",  à la destruction de la clôture provisoire construite par Twins Immobilier pour délimiter l’espace acquis.

"Nous avons acquis de façon régulière" cette parcelle "et avons obtenu le certificat de propriété", a indiqué Mme Marie Gabrielle Koffi, la directrice juridique de l'entreprise immobilière, clamant que les propos du ministre créent une "insécurité foncière".

"Nous ne menons aucune action dans l’illégalité. Nous veillons à ce que nous faisons se passe selon la législation pour que nos opérations se passent en toute sécurité", a-t-elle insisté.

Mme Koffi a fait savoir que l'entreprise immobilière a récemment obtenu auprès d'une banque un prêt hypothécaire à hauteur de 3 milliards Fcfa pour un autre projet grâce au certificat de propriété, avant d'ajouter "qu’aujourd’hui la question cruciale qui se pose est de savoir quel investisseur national ou international accepterait-il de financer des projets immobiliers en Côte d’Ivoire si une simple déclaration du ministre peut annuler un certificat de propriété".

La directrice des opérations et des projets, Mme Edith Kouakou, a quant à elle, relevé que l'opération immobilière de haut standing à construite prévoit 59 appartements et aujourd'hui Twins immobilier est à "2 milliards de Fcfa d'investissements déjà réalisés" sur un investissement total de 10 milliards Fcfa prévu.

Ce projet qui générera plusieurs emplois prévoit également des espaces de ventes modulables, un cabinet médical, un restaurant et une aire de jeux pour les enfants, le tout incluant des espaces verts.

"Nous sommes donc vraiment surpris de la déclaration faite par le ministre le 13 janvier dernier sur le site où il déclare vouloir annuler l'acte de vente qui fait de nous le propriétaire du site", a-t-elle lancé, faisant remarquer que "Twins immobilier est ouverte à la discussion".

Vu des actes d'empêchement pour accéder au site, Twins Immobilier avait déjà initié en justice une procédure en trouble de jouissance. Des individus affirment que c'est leur espace de sport, un site légalement accordé par le conservateur de la propriété foncière et des hypothèques.

Dans un communiqué officiel, l'ex-Sicogi, devenue l'Agence nationale de l'habitat (ANAH), mentionne que ce terrain de 1,68 ha est "détenu" par elle "en pleine propriété" et "c'est donc à juste titre et de plein droit" qu'elle "a mis à la disposition d'un partenaire privé, une partie de ladite parcelle".

Malgré les réformes en Côte d’Ivoire, l’offre de logement demeure très faible, faute de financements adéquats.

Selon Affordable Housing Institute (Institut du logement abordable), le déficit de logement en Côte d’Ivoire est estimé à 600 000 unités avec un besoin annuel estimé à 50 000 unités. Les besoins de logement neufs sont plus prononcés dans les villes avec un besoin annuel de 200 000 unités pour la seule ville d’Abidjan.

Les prêts au secteur du logement représentent une très faible proportion des prêts bancaires en Côte d’Ivoire. La proportion de prêts au logement, elle, n’a représenté qu’environ 1% de l’ensemble des prêts bancaires entre 2012 et 2016.

AP/ls/APA