Vêtus de leurs toges universitaires, ces enseignants  brandissaient des écriteaux où l'on pouvait entre autres lire, «ne traînez pas l'Université dans la boue».

Deux enseignants de l'Université Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan dont le secrétaire général de la CNEC, Johnson Kouassi, accusés d'avoir perturbé les cours dans cette université publique, ont été emprisonnés mardi soir à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA).

Les deux syndicalistes, interpellés lundi dernier par la police sur le campus de l'Université Félix Houphouët-Boigny,  ont été présentés au procureur avant d'être mis sous mandat de dépôt, confiait à APA, Ehui Bédikou, un responsable de la CNEC, soulignant que ses deux camarades ont été inculpés pour « troubles à l'ordre public, séquestration, menaces et injures».

La CNEC, un syndicat de l'Université Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan a lancé depuis le  04 février dernier une grève d'un an équivalent à la suspension de deux enseignants-chercheurs  et pour exiger l'annulation des sanctions encourues.

LB/ls/APA