Ce montant a été indiqué par le président du Gepci, M. Zohoré Lassane, à l'issue d'une Assemblée générale extraordinaire de l'organisation sur la "crise" que traverse le secteur de la presse imprimée en Côte d'Ivoire.

Pour attirer l'attention des autorités, le Gepci menace de faire une journée presse morte. Cette décision majeure prise ce jour devrait être fixée à une date ou une période lors de la prochaine Assemblée générale prévue "lundi prochain". 

"Depuis mai 2021, Edipresse n'a plus payé jusqu'à aujourd'hui", a fait savoir un membre du bureau du Gepci. Un autre a fait observer que des coûts d'impression connaissent un renchérissement allant de 50.000 Fcfa à 100.000 Fcfa. 

L'augmentation des frais d'impression, selon le président du Gepci, est due au coût du papier sur le marché international qui a connu une hausse de 48%. Il a appelé le gouvernement à accorder une "subvention à l'impression".

Edipresse, dira-t-il couvre "environ 40% du territoire ivoirien". En outre, son modèle économique doit être revu pour impulser le taux de vente des journaux, resté faible pour l'ensemble des parutions. 

La principale ressource des journaux reste la vente du support papier. Avec l'avènement du numérique, plusieurs organes ont créé des pendants en ligne, mais pour M. Lassane, outre la diversification, il faut un "régime fiscal spécial" du secteur.

Pour pouvoir bénéficier de la subvention à l'impression, il est requis que les quotidiens fassent 2.000 exemplaires par jour contre 3.000 exemplaires pour les hebdomadaires, un critère difficile à remplir. 

Si lundi prochain, à l'issue de son Assemblée générale, le Gepci fixe une journée presse morte, elle envisage d'associer la presse numérique pour donner plus d'écho, car son objectif est d'amener le secteur à être viable afin de garantir les emplois. 

L'Entreprise de distribution de presse et libraire en Côte d'Ivoire (Edipresse) appartient à Fraternité Matin, le journal pro gouvernemental, qui exige d'ailleurs aux entreprises de presse de payer au comptant pour éditer à son imprimerie. 

AP/ls/APA