Au sein de la région, l’Éthiopie (7,8%), le Rwanda (7,1%) et la Tanzanie (6,7%) affichent tous des résultats supérieurs à la moyenne, tandis que le Burundi (0,1%) et le Soudan du Sud (-3,8%) qui est déchiré par la guerre sont les principaux obstacles à la croissance.


« Ces derniers pays illustrent l’ampleur de l’effet que l’instabilité politique peut avoir sur les perspectives économiques », note le rapport.


Le Kenya, sortant de l’incertitude politique après les élections de l’année dernière, devrait voir sa croissance rebondir à 5,4% cette année après que la croissance du PIB a chuté à 4,9% en 2017.



JK/afm/lb/te/APA