Ce projet, financé par la Turquie et exécuté par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) sur une durée de trois ans, devrait permettre de réhabiliter 2.000 ha en Mauritanie et au Soudan et 1.000 ha en Erythrée.

En Mauritanie, le financement turc sera utilisé, entre autres, pour la réalisation de pépinières pour la production d’arbustes à planter sur le parcours de l’Agence nationale de la muraille verte, en plus de la création d’activités génératrices de revenus au profit des communautés précaires vivant dans ces zones, a indiqué Amedi Camara.

Il a, par ailleurs, rappelé que son pays et la Turquie sont liés par un accord de coopération signé en avril 2016 à Nouakchott entre les deux ministères en charge de l’Environnement.

Cet accord, a précisé le ministre mauritanien, porte notamment sur la lutte contre la désertification et la surveillance des terres menacées de dégradation et d’érosion ainsi que le reboisement et la réhabilitation des systèmes environnementaux.


MOO/ard/cat/APA