C’est inédit au Niger. C’est la première fois qu’un ministre en exercice est envoyé en prison. Au terme de son audition, hier mardi, par un juge du pôle économique et financier de Niamey, le ministre de la communication, Mahamadou Zada, a été écroué, il est soupçonné d’être impliqué dans un détournement présumé de trois milliards francs Cfa entre 2013 et 2021. A l’époque, Mahamadou Zada dirigeait la Société de patrimoine des mines du Niger (Sopamin), qui gère les participations de l'Etat dans les sociétés minières opérant dans le pays.

La presse locale rapporte que l’affaire a éclaté lorsque la direction de la coopérative de micro-financement, Taanadi, où ces trois milliards devaient être déposés pour générer des bénéfices, a écrit il y a un an à la Sopamin pour lui notifier ne pas avoir retrouvé de trace dans ses livres comptables d'un dépôt d’une telle somme.

Mahamadou Zada, a été nommé ministre en avril 2021 par le président Mohamed Bazoum, alors fraîchement élu.
Dans son discours d’investiture le chef de l’Etat nigérien avait annoncé qu’il allait faire de la lutte contre la corruption et les détournements des fonds publics une de ses principales priorités.
Récemment, Bazoum a d’ailleurs révélé qu’« une trentaine de hauts cadres de l’Etat, coupables de malversation ou détournement, croupissent actuellement en prison et y resteront longtemps ».

TE/APA