L’accord a été paraphé par les directrices des deux agences, Mme Julie Okah-Donli et  Mme Goge Maimouna Gazbo.

Ainsi les deux pays frontaliers ont convenu de « travailler la main dans la main pour mettre fin à la traite des êtres humains en provenance des deux pays, en mettant l’accent sur la sensibilisation communautés frontalières ».

Les deux agences ont  également décidé de la mise en place d’un groupe de travail technique conjoint pour travailler dans le domaine des enquêtes et de la formation des travailleurs sociaux chargés de prendre en charge les victimes de la traite.

«Je pense qu'à terme nous arriverons à mettre en place des stratégies plus efficaces pour endiguer la vague de traite d'êtres humains en provenance de nos deux pays », a déclaré la directrice de la NAPTIP.

Pour sa part Maimouma Gazbo, s’est dit confiante quant à l’efficacité du partenariat.


MM/GIK/pn/te/APA