A l’Onu, Bamako maintient ses accusations contre Paris