Côte d'Ivoire-Economie-Cacao

Cacao: « un accord pour augmenter les prix » au niveau des pays producteurs (ICCO)

APA-Abidjan (Côte d'Ivoire)

Le directeur exécutif de l’Organisation internationale du cacao (ICCO), Michel Arrion, a indiqué jeudi à Abidjan qu'«il y a un accord pour augmenter les prix (du cacao)» au niveau des pays producteurs, à l’issue d’une audience avec le président ivoirien Alassane Ouattara.

« Il y a un accord pour augmenter les prix au niveau des pays de  production en prenant en compte le différentiel de revenu pour des  conditions de vie descentes pour les producteurs », a dit Michel Arrion,  au terme d’un entretien avec le chef de l’Etat Alassane Ouattara à la  présidence ivoirienne.   

Selon M. Arrion, la  démarche de la Côte d'Ivoire et du Ghana, qui cumulent 2/3 de la  production mondiale, de coopérer en vue d’un prix rémunérateur aux  paysans est « cohérente » avec les priorités de l’ICCO et « va dans le  très bon chemin aussi pour les autres producteurs ».  

La  Côte d'Ivoire et le Ghana représentent 65% de la production mondiale de  cacao. Ces deux pays qui ont décidé les 11 et 12 juin 2019 à Accra de  ne pas céder leur cacao en dessous de 2600 dollars (1,5 million Fcfa) la  tonne, ont levé mi-juillet la suspension des ventes de la récolte  2020-2021.     

Les deux pays ont institué une  garantie de 400 dollars US qui devrait permettre de stabiliser les cours  sur le marché en vue d’un prix rémunérateur aux paysans. La Côte  d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao avec près de 2 millions de  tonnes, a fixé à 750 Fcfa le Kg du cacao.   

«  Nous avons effectivement échangé sur le sujet, nous ne pouvons que nous  réjouir de voir nos membres coopérer et dialoguer entre eux », a ajouté  M. Arrion à propos de la rencontre de ces deux pays avec l’implication  des négociants et des industriels du chocolat. 

Pour  la prochaine campagne qui s’ouvre le 1er octobre 2019, M. Ouattara a  annoncé une augmentation du prix du cacao, souhaitant qu'on revienne à  1.000 Fcfa le Kg, tout en promettant relever régulièrement le prix aux  producteurs, dans une interview télévisée à la veille de la célébration  de l’an 59 de la Côte d'Ivoire.  

Cet objectif, à  en croire M. Arrion, va dans le sens de la stratégie, pour les cinq  prochaines années, de l’ICCO qui a tenu il y a quelques mois un Conseil  au cours duquel les membres ont « décidé que la priorité première  devrait être l’augmentation du revenu des producteurs ».  

L’ICCO  a pour mission d'organiser la coopération et le dialogue entre les 22  producteurs et les 30 consommateurs que compte l’institution, dirigée  par le Belge Michel Arrion depuis janvier. Il remplace à la tête du  secrétariat de l’organisation, l’Ivoirien Jean Marc Anga.  

Les  pays producteurs et les pays consommateurs se réunissent en septembre  prochain, a annoncé M. Arrion qui avait à ses côté, lors des échanges  avec la presse, le secrétaire général de la présidence ivoirienne  Patrick Achi, et Aly Touré, président du Conseil international pour les  céréales.   

AP/ls/APA

Réagir à cet article