Afrique-Coronavirus-Frontières

Coronavirus : les Africains se barricadent

APA-Dakar (Sénégal) Par Ibrahima Dione

Le coronavirus fait monter la température en Afrique où plusieurs pays se replient pour juguler la maladie.

« Ce n’est que le vent avant une probable tempête », prédit Dr Michel Yao, responsable des opérations d’urgence de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), dans son diagnostic de l’évolution du Covid-19 en Afrique.

Une projection alarmiste qui a de fortes probabilités de se produire à cause de nombreux facteurs comme la fragilité des systèmes de santé de ce continent. Au moment où l’épicentre de la pandémie s’est déplacé en Europe, le continent africain craint le pire : une explosion des cas.

Sur la planète, le coronavirus est désormais actif dans trois pays sur quatre. En Afrique, 337 personnes ont été contaminées dans une trentaine de pays. L’Egypte (126 cas), l’Afrique du Sud (62 cas) et l’Algérie (54 cas) sont en tête de peloton.

A lire aussi:Afrique : le coronavirus met en berne le transport aérien 

Si des gouvernements se cantonnent au durcissement des conditions d’entrée dans leurs pays, d’autres actionnent le repli national. L’Afrique du Sud est passée à l’acte en fermant ses frontières aux citoyens des pays les plus touchés par le Covid-19.

Le Maroc a appliqué cette mesure avec les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla. Celles-ci, situées au nord du Royaume, sont les seules limites terrestres entre l’Afrique et l’Union Européenne (UE).

Depuis le 14 mars, la Tunisie a bouclé ses frontières maritimes, et ce, jusqu’au 4 avril prochain. En pleine guerre civile, le Gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli (Libye) a annoncé l’état d’urgence et verrouillé ses frontières terrestres ce lundi.

A lire aussi:Covid-19: l’Afrique face aux fake news 

Au Gabon où, à ce jour, aucun cas n’a été recensé, les autorités ont pourtant décidé de fermer toutes les frontières terrestres. Principalement celles du nord qu’il partage avec le Cameroun et la Guinée équatoriale.

Le Kenya a bouché ses frontières sauf pour ses citoyens et les résidents étrangers. Mais ceux-ci devront se soumettre à un auto-confinement. Au Sénégal, malgré la pression d’une partie de la population, l’Etat n’a pas encore jugé nécessaire de prendre une telle mesure. Ce pays a répertorié une vingtaine de cas de coronavirus.

ID/cgd/APA

Réagir à cet article