Burkina Faso-Presse-Revue

La presse burkinabè commente le sommet de la CEDEAO sur le Covid-19

APA-Ouagadougou (Burkina Faso) De notre correspondant: Alban Kini

Les quotidiens burkinabè de ce vendredi commentent largement le sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), tenu la veille et qui a permis d’aborder la pandémie de coronavirus (Covid-19).

«Lutte contre le COVID-19: la CEDEAO se mobilise», titre le quotidien national Sidwaya.

Le journal relate que le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a participé par visioconférence, hier jeudi, à une session extraordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO sur la lutte contre le COVID-19.

 A ce sujet, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, arbore: «CEDEAO et le COVID-19: Sommet virtuel pour un virus bien réel».

Selon le journal, chacun des dirigeants de la sous-région, lors du sommet par vidéoconférence, a pris la parole «confortablement installé dans son palais». 

A en croire le confrère, c’est la première fois dans l’histoire de l’organisation, qu’une rencontre de chefs d’Etat des pays membres de la CEDEAO se tient par écrans interposés.

«Il faut espérer qu’il ne s’agisse pas d’une simple action de com. pour se donner bonne conscience et donner l’illusion qu’on veut lutter résolument contre la maladie (de Coronavirus)», commente L’Observateur Paalga. 

Et de conclure : «Souhaitons seulement que le Covid-19 ne passe pas avant que les achats groupés ne se fassent, et que les mesures fortes ne restent pas des vœux pieux. Ce serait bien dommage, parce que l’urgence  commande d’agir rapidement et ensemble».

Revenant sur la demande d’annulation de la dette par les chefs d’Etat de la CEDEAO évoquée lors du sommet, Aujourd’hui au Faso, pour sa part, estime qu’«il faut s’assurer d’abord du service après-vente».

Ce quotidien privé souligne d’entrée que «coronavirus en fait faire des choses au monde !», avant d’ajouter que «la CEDEAO a essayé un sommet sui generis !».

«Devant leurs écrans, de Ouagadougou à Niamey, en passant par Cotonou et Abidjan, les chefs d’Etat de l’organisation ouest-africaine ont parlementé sur les questions importantes de l’heure. Et pour être importantes, elles l’étaient », écrit Aujourd’hui au Faso.

Pendant ce temps, Le Pays (privé), parle des conclusions du sommet extraordinaire de la CEDEAO, mentionnant qu’il y aura «risque de récession si le Covid-19 va au-delà du mois de juin».

ALK/te/APA

Réagir à cet article