Mali-Politique-Crise-Médiation

Crise malienne : mission de la dernière chance

APA-Bamako (Mali)

Le peuple malien retient son souffle en attendant les résultats de la mission de haut niveau de cinq chefs d’État de la Cedeao.

Ce jeudi 23 juillet fera date dans l’histoire politique du Mali. Durant cette journée où un soldat français de l’opération Barkhane a été tué dans des combats contre un groupe jihadiste, cinq présidents ouest-africains sont venus à Bamako pour essayer de faciliter un compromis entre le président Ibrahima Boubacar Keïta (IBK) et des constestaires réclamant sa démission. Il s’agit des présidents Macky Sall (Sénégal), Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire), Mahamadou Issoufou (Niger), Nana Akufo-Addo (Ghana) et Muhammadu Buhari (Nigeria).

Leur arrivée en terre malienne intervient quelques jours après l’échec de la médiation de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) conduite par l’ex-président nigérian Goodluck Jonathan. Le président IBK et son Premier ministre Boubou Cissé ont accueilli leurs hôtes à l’aéroport Modibo Keïta de Bamako -Senou. Ces derniers ont aussitôt démarré un marathon au terme duquel ils voudraient obtenir un accord de sortie de crise.

Les cinq chefs d’État de la Cedeao se sont entretenus avec leur homolgue malien au palais Koulouba lors d’un déjeuner de travail. Ils ont également rencontré des membres du Mouvement du 5 juin - Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) dans un hôtel de la capitale. Ce collectif hétérogène a organisé, ces dernières semaines, d’importantes manifestations pour renverser le régime d’IBK.

Président en exercice de la Cedeao, Mahamadou Issoufou a déclaré que « l’ennemi principal du Mali, et de manière générale des peuples du Sahel, c’est la pauvreté et le terrorisme ». Le chef d’État nigérien a souhaité que des solutions soient trouvées afin de « permettre au Mali de continuer son combat pour le développement économique et social ».

Le Sénégalais Macky Sall, dont le pays est frontalier avec le Mali, a souligné que c’est une « nécessité » pour les pays de l’Afrique de l’ouest d’être aux côtés du Mali en facilant la discussion entre toutes les parties concernées par le différend politique pour aboutir à « la paix ».

Un communiqué final, sanctionnant les négociations, sera lu par le président du Niger, Mahamadou Issoufou en fin de soirée.

ID/cgd/APA

Réagir à cet article