Maroc-Achoura

Maroc : Les célébrations d’Achoura interdites dans plusieurs villes

APA-Rabat (Maroc)

Les célébrations d’Achoura, une fête commémorée le dixième jour de Moharram, premier mois de l’année musulmane, sont interdites par les autorités publiques dans plusieurs villes. Objectif: enrayer la propagation de la pandémie de la Covid-19.

Ainsi, les autorités des villes de Marrakech, Safi et Rabat ont pris la décision d’interdire toutes les festivités organisées à l’occasion d’Achoura notamment les feux de camps, les pétards, les visites aux cimetières et les rassemblements dans les quartiers.

Lors des célébrations de Achoura, les jeunes font exploser de puissants pétards et brûlent parfois des pneus jusqu'aux premières heures de l'aube, laissant derrière eux des rues transformées en champs de ruines.  Dans les rues des différentes villes du Royaume, pétards et tous types de feux d’artifices détonnent comme dans un champ de bataille.

Depuis des siècles, Achoura est perçue au Maroc comme celle de l'enfance, de la famille et des traditions, et aussi un jour de partage et de charité. Distribution de friandises, cadeaux, pratiques à caractères carnavalesques... l'ambiance est aux festivités. Au cours de cette journée, les enfants, mis à l'honneur, donnent libre cours à leur joie.

En cette période, le business des jouets bat tous les records au grand bonheur des commerçants contents de voir que rien n’atténue la frénésie des acheteurs qui se dépêchent d’obéir aux caprices de leurs bambins. C’est, en effet, la période où les marchands de jouets engrangent la plus grande part de leur chiffre d’affaires annuel.

A cette fête se sont greffées des pratiques qui diffèrent d’une région à une autre, telles que la visite des cimetières et des marabouts. Certaines familles font brûler de l'encens tout au long de leurs veillées. Le soir, la fête continue avec la «chouâla» (feu rituel) autour de laquelle les grands et les petits chantent et dansent en chœurs des chansons qui passent de génération en génération.

Le lendemain de l'Achoura, les enfants et même les grands aspergent d'eau leurs amis, les voisins et même les passants. Une pratique appelée « Zem-Zem » en référence au puits du même nom à La Mecque.

Une ambiance bon-enfant mais des fois gâchée par des pratiques dangereuses comme l’utilisation des pétards et de feux d’artifice qui représentent un grand risque pour les enfants.

HA/APA

Réagir à cet article