Mauritanie-CEDEAO-Accord

Mauritanie – Cedeao : Vers la mise en œuvre de l’accord d’association

APA-Nouakchott (Mauritanie) De notre correspondant : Mohamed Moctar

Des experts de la Mauritanie et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont entamé mardi à Nouakchott une réunion visant à préparer la mise en œuvre de l’accord d’association liant les deux parties, a constaté APA sur place.

La rencontre qui va durer deux jours, cherche précisément à proposer une stratégie pour la phase de lancement de la mise en œuvre, avec une compréhension partagée des besoins prioritaires liés aux engagements pris par la Mauritanie et la CEDEAO.

 Elle regroupe des représentants des départements du commerce, de l’industrie, du tourisme, de l’économie, des finances, du développement rural et du secteur privé.

L’accord d’association qui couvre les domaines économique, politique et sécuritaire avait été signé début mai 2017 à Nouakchott.

La célérité avec laquelle il a été ratifié en décembre 2017 témoigne de la volonté et de la détermination de la Mauritanie à aller de l’avant pour atteindre les objectifs communs, a déclaré la secrétaire générale du ministère mauritanien du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme, El Alia Mint Menkouss.

Les objectifs en question sont la promotion de l’intégration régionale, l’accélération du développement économique de la région et l’exploitation à bon escient des conventions économiques et commerciales conclues avec les autres pays, a expliqué Mint Menkouss dans un mot à l’ouverture de la réunion.

De son côté, le commissaire au Commerce, à la Douane et à la Libre circulation de la CEDEAO, Tei Konzi, a insisté sur l’importance de l’adoption d’un plan d’action de nature à accélérer la réalisation des objectifs visés. 

 La Mauritanie est un pays fondateur de la CEDEAO en 1975, mais elle s’en était retirée en 2000 pour se consacrer à la construction de l’Union du Maghreb arabe (UMA). Composée du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisie et de la Libye, l’UMA n’a jamais marchée à cause essentiellement des dissensions entre Rabat et Alger sur la question sahraouie.



MOO/cd/APA/

Réagir à cet article