à l'instant

    Sénégal-Présidentielle-Réaction

    Parler de «confiscation» de vote c’est manquer de respect aux Sénégalais

    APA-Dakar (Sénégal) Par Abdourahmane Diallo -

    La thèse des quatre candidats de l’opposition à la présidentielle selon laquelle la victoire de Macky Sall est une « confiscation du suffrage des Sénégalais» est une ligne de défense qui « ne prospère pas », voire un « manque de respect » au peuple, a déclaré le ministre porte-parole du gouvernement, Seydou Guèye.

    « Aujourd’hui, invoquer une confiscation du suffrage des Sénégalais, c’est manquer de respect aux Sénégalais puisque quand le peuple a déjà parlé, quand il a donné son avis, quand il a décidé, il faut respecter sa décision puisqu’en démocratie, c’est le seul souverain » a notamment affirmé Seydou Guèye, qui était ce lundi l’invité du Grand Oral d’APA News.

    Cette allégation est tout simplement un « faux procès » contre le candidat de la mouvance présidentielle, a martelé le Secrétaire général du gouvernement avant d’ajouter que les perdants « n’ont pas (encore) conscience que la bataille est terminée ».

    « Ils (les opposants) ont perdu l’élection mais ne doivent pas perdre leur dignité et leur honneur », a estimé Seydou Guèye, soulignant qu’il y a « une éthique » à accepter les résultats de même qu’il n’y a « aucune honte » à perdre une élection dès le premier tour surtout face à « un aussi bon candidat comme Macky Sall ».





    Tout en saluant la bonne tenue du scrutin présidentiel, le porte-parole de l’Alliance pour la République (APR, parti au pouvoir) a rappelé que l’objectif de son candidat était la réélection dès le premier tour là où ses adversaires misaient sur un second tour.

    Le président Macky Sall a été réélu dès le premier tour de la présidentielle avec 58,26 % des suffrages valablement exprimés, un score que Seydou Guèye trouve en deçà de ses attentes, au vu du bilan du chef de l’Etat.

    M. Sall avait en face de lui quatre adversaires : Idrissa Seck, de la « Coalition Idy 219 », Ousmane Sonko, de la « Coalition Sonko président », El Hadj Issa Sall du Parti de l’unité et du rassemblement (Pur) et Madické Niang de la « Coalition Madické 2019 ».


    ARD/cat/APA

    Réagir à cet article