Zimbabwe-Société-Humeur

Plusieurs morts dans les manifestations au Zimbabwe (officiel)

APA-Harare (Zimbabwe) -

Le gouvernement zimbabwéen a reconnu mardi que plus de 200 personnes ont été arrêtées et plusieurs autres tuées lors des manifestations ayant éclaté suite à une hausse importante du prix du carburant annoncée samedi par le président Emmerson Mnangagwa.

Selon le ministre de la Sécurité de l’Etat, Owen Ncube, les personnes tuées ou arrêtées faisaient partie d’une manifestation « illégale » qu’il a imputée au Mouvement pour le changement démocratique (MDC) et aux organisations non gouvernementales.

M. Ncube a ajouté que des policiers ont également blessés durant les manifestations qui, en certains lieux, se sont transformées en affrontements entre civils et forces de l’ordre.

« La situation sécuritaire qui prévaut dans le pays est le point culminant d’une série d’événements bien orchestrés par l’Alliance MDC, qui travaille de concert avec les ONG, la société civile, les organisations de jeunesse, les groupes de pression et les particuliers », a déclaré M. Ncube dans un communiqué.

La manifestation a été lancée par le Congrès des syndicats du Zimbabwe, affilié au MDC, à la suite d’une hausse de 150% du prix du carburant samedi dernier.

L’armée a été déployée lundi à la suite d’affrontements entre la police et les manifestants dans la capitale Harare et la deuxième ville du pays, Bulawayo. Face aux forces de l’ordre, les manifestants ont érigé des barricades, brûlé des pneus et entonné des chants hostiles au président Mnangagwa.


JN/lb/cat/APA

Réagir à cet article