« Il y aura des enquêtes et lorsqu'elles seront menées, nous allons déceler les choses. Ces enquêtes vont nous permettre  de savoir si des enseignants sont impliqués »  a dit M. Kourouma dans une conférence de presse.

«En 2017, il y avait 208 cas de fraude au BAC pour 242 208 candidats, 1516 cas de fraude en 2018 pour 256 452 candidats et 6250 cas de fraude en 2019 pour 273 342 candidats», a ajouté l'inspecteur-coordonnateur général, brandissant plusieurs éléments de preuves de ces cas de fraude.

Il a souligné que sur les 6250 cas de fraude présumés cette année au baccalauréat, 60% des présumés fraudeurs sont des candidats officiels et 40% des candidats libres. La majorité des cas a  été recensée dans la Direction régionale de l'éducation nationale (DREN) d'Abidjan.

« Le pourcentage de la fraude est passée de 0,1% en 2017 à 2,3% en 2019. Cette évolution est préoccupante», a indiqué M. Kourouma déplorant des « stratégies bien élaborées» par les fraudeurs.

Cette année,  la fraude a pris une « ampleur singulière aux examens à grand tirage dans le pays avec les smartphones et les groupes constitués sur les réseaux sociaux », a-t-il, par ailleurs, dénoncé.

Réaffirmant la détermination de son département ministériel,  l'inspecteur général a estimé que « la lutte contre la fraude doit être de salubrité publique ». La session 2019 du baccalauréat en Côte d'Ivoire a enregistré un taux national de réussite de 41,23% contre 46,09% en 2018, soit une baisse de 4,86 points.

La mention « Fraude » a été inscrite sur les relevés de notes de plusieurs candidats à cet examen sur lesquels pèsent des soupçons de fraude. Début août, la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire ( FESCI, le plus grand syndicat d'élèves et d'étudiants du pays) et des parents d'élèves avaient  invité les autorités éducatives à donner les motifs de chaque cas des milliers de fraude au BAC 2019.

LB/ls/APA