Côte d’Ivoire-Education-Violences-Nécrologie

Côte d’Ivoire: 3 morts en dix jours dans des violences scolaires

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)

Quelque trois élèves ont été assassinés en dix jours dans des violences scolaires orchestrées par des élèves pour réclamer des vacances anticipées de Noël, a annoncé mercredi à Abidjan, la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle Kandia Camara.

« Encore une fois nous avons le cœur en peine. Nous sommes attristés, la communauté éducative est en deuil (... )» a déclaré la ministre Kandia Camara, ajoutant que « depuis le 05 décembre (2019)  l’école ivoirienne  est secouée par des violences orchestrées » dans certains cas par des élèves et dans d’autres cas par des jeunes non élèves.

Un élève de la classe de 3è a été assassiné « éventré » le 04 décembre dernier à Anyama (Banlieue Nord d’Abidjan), quand le lundi dernier un autre de la classe de Terminale a été « égorgé » à Daloa dans le Centre-Ouest du pays. Le troisième assassinat est intervenu «ce matin (ndlr mercredi 11 décembre)» à Dimbokro dans le Centre du pays où une élève de la classe de 2nde « vient d’être assassinée».

« Certains élèves ont décidé eux-mêmes de la date des congés... des élèves décident de se donner des congés anticipés », a déploré Kandia Camara, au cours d’une rencontre urgente avec les acteurs du système scolaire, notamment les parents d’élèves et les guides religieux pour recueillir leurs avis sur cette situation.

 « Nous voulons que tous, nous assumons nos responsabilités parentales », a poursuivi Kandia Camara entourée de ses collègues Sidiki Diakité (Administration et décentralisation), le Général Vagondo Diomandé (Sécurité et protection civile) et des secrétaires d’Etat Aimée Zebeyoux (Droits de l’homme) et Brice Kouassi (Enseignement technique et formation professionnelle).

Par ailleurs, plusieurs blessés et dégâts matériels sont enregistrés au cours de ces violences. Au terme des échanges, la ministre Kandia Camara a annoncé que tous les responsables de ces violences seront désormais radiés des écoles du pays.

L/APA

Réagir à cet article