Burkina-Presse-Revue

Fête de Pâques, justice et politique en couverture des quotidiens burkinabè

APA-Ouagadougou (Burkina Faso) De notre correspondant : Alban Kini-

Les quotidiens burkinabè de ce mardi traitent de l’actualité nationale liée à la politique et aux questions de justice, sans oublier la fête chrétienne de Pâques, célébrée deux jours plus tôt.

«Fête de Pâques : Prière pour la stabilité au Burkina», arbore le quotidien public Sidwaya qui rapporte que «la résurrection de Jésus-Christ a été célébrée dans la nuit du 20 avril 2019 », dans plusieurs paroisses et églises protestantes du Burkina Faso.

De son côté, le journal privé Le Pays souligne qu’à l’occasion de la célébration de la fête de Pâques, l’archevêque de Ouagadougou, le cardinal Philippe Ouédraogo, a appelé au «retour d’un Burkina nouveau».

Dans le même sens, Aujourd’hui au Faso, autre quotidien privé, affiche : «Vigile pascale 2019: le cardinal Philippe invite à œuvrer pour un Burkina nouveau».

Le même journal informe que dans le domaine de la justice, «les avocats quittent le prétoire pour 96 heures», évoquant une déclaration du Bâtonnier de l’Ordre des avocats du Burkina Faso, rédigée à l’issue d’une Assemblée générale tenue, hier lundi à Ouagadougou.

A ce propos, Sidwaya titre : «Interruption des audiences : Les avocats annoncent une grève de 96 heures», là où L’Observateur Paalga met en exergue : «Justice burkinabè : Les avocats raccrochent la robe pour quatre jours».

Le sujet est évoqué dans la rubrique ‘’Révélations’’ de Le Pays qui croit savoir que c’est en raison des blocages à la justice que «les avocats seront dans la rue le 29 avril».

Dans sa rubrique ‘’Mardi Politique’’, Le Pays donne la parole au député Halidou Sanfo de l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS, majorité présidentielle).

L’élu national déclare ceci à la une du journal : «Nous n’avons pas troqué le sankarisme contre des privilèges du pouvoir».

De son côté, L’Express du Faso, quotidien privé imprimé à Bobo-Dioulasso, aborde dans une chronique, la situation au Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex-parti au pouvoir).

Le journal fait observer qu’au CDP, il y a «la guerre des chefs…avant l’heure ! ».

Pendant ce temps, Sidwaya renseigne que le parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), a inauguré son nouveau siège national, samedi dernier à Ouagadougou.


ALK/cat/APA

Réagir à cet article