Côte d'Ivoire-Santé

Lancement à Abidjan des activités d’une association des industriels pharmaceutiques africains

APA-Abidjan (Côte d'Ivoire)

L’Association des industriels pharmaceutiques en Afrique Francophone subsaharienne (LIPA), créée en janvier 2018, a lancé officiellement jeudi à Abidjan ses activités en présence de représentants de laboratoires pharmaceutiques et des acteurs du secteur.

L’Association des industriels pharmaceutiques en Afrique Francophone subsaharienne, fait ainsi sa première sortie en Afrique Francophone subsaharienne. Selon son président, Frédéric Lieutaud, l’organisation veut promouvoir la santé et lutter contre la contrefaçon des médicaments.

Tout en mettant en avant ses valeurs d’engagement au service des patients, d’équité, d’éthique et de respect,  la LIPA envisage d’inscrire ces actions en droite ligne de ses missions clés, à savoir « représenter et défendre l’industrie du médicament » avec des partenaires et les autorités.

Pour adhérer à l’association, dira-t-il, il faut être une firme pharmaceutique et s’engager sur une charte d’éthique. La LIPA regroupe à ce jour neuf sociétés de droit privé exerçant dans l’industrie pharmaceutique en Afrique Francophone subsaharienne.

« Notre objectif est la promotion de la santé, la lutte contre la contrefaçon et la promotion des valeurs éthiques et de la morale dans le métier », a-t-il insisté, tout en relevant que cette association des laboratoires pharmaceutiques travaille avec l’Ordre des pharmaciens.

L’organisation met en outre des systèmes en vue de faciliter l’accès aux médicaments tels les génériques.  Et ce, pour permettre une sécurité et une qualité des médicaments vendus, surtout à des coûts accessibles aux couches sociales les plus démunies. 

Elle préconise à cet effet une démarche concertée afin de contribuer activement aux discussions en amont des réformes du secteur de la santé dans l’optique de devenir un interlocuteur privilégié des autorités de santé. Une autre de ses missions est la lutte contre les importations parallèles de médicaments. 

La LIPA, qui démarre en Côte d'Ivoire, envisage de travailler avec les structures locales pour atteindre efficacement ses ambitions. Dans cette perspective, Emmanuel Tra Bi, coordonnateur du Comité national de lutte contre la contrefaçon, a assuré de la disponibilité de son entité.

La contrefaçon est un véritable phénomène en Côte d'Ivoire.  Pour l'endiguer, l’Etat a créé en 2013 un Comité national de lutte contre la contrefaçon des médicaments. C’est en 2016 que ce comité sera effectivement fonctionnel.

AP/ls/APA

Réagir à cet article