Sénégal-Monde-Jeunesse-Volontariat

L’ONU sensibilise les jeunes sénégalais sur l’éducation et le volontariat

APA – Dakar (Sénégal) Par Oumar Dembélé –

Les jeunes sénégalais ont été invités vendredi à Dakar, au cours de la célébration de la 34e édition de la Journée mondiale de la jeunesse, à s’impliquer davantage dans l’éducation et le volontariat, en travaillant notamment sur les différentes « thématiques » que renferment ces concepts.

A la Place du Souvenir africain, devant de multiples écoliers et jeunes qui passent actuellement leurs vacances, la coordonnatrice régionale des Volontaires de l’ONU au Sénégal, Afke Bootsman, a encouragé les volontaires qui « forment des jeunes à devenir des citoyens avertis ».

Ces jeunes, dont elle a souligné leur « engagement » et leur « dynamisme » au Sénégal, devraient toutefois continuer de « travailler sur les thématiques qui les intéressent », notamment l’éducation, comme pour coller au thème de l’édition 2019 de la Journée mondiale de la jeunesse : « Transformer l’éducation : construire et partager les capacités grâce à l’engagement volontaire des jeunes ».

Ainsi parmi toutes les régions, a déploré Afke Bootsman, « l’Afrique subsaharienne a les taux les plus élevés d’exclusion de l’éducation ».



« Plus d’un cinquième des enfants âgés d’environ 6 à 11 ans n’est pas scolarisé, suivi par un tiers des enfants âgés d’environ 12 à 14 ans. Selon les données de l’ISU, près de 60 % des jeunes âgés d’environ 15 à 17 ans ne sont pas scolarisés ».

Abondant dans le même sens que sa collègue, Lana Savelli, Coordonnatrice résidente du Système des Nations Unies, a également souligné les « inégalités » dont sont confrontés les jeunes en matière d’éducation.

Toutefois, s’est-elle réjouie, ces derniers continuent d’être des  « leaders » et ont une « conscience morale » allant de l’action pour le climat à la consolidation de la paix, en passant par l’éducation.

« Acteurs décisifs » de la transformation de l’éducation « que nous appelons de nos vœux », a souligné Mme Savelli, leurs idées et leur esprit d’innovation « doivent être entendus » afin d’atteindre les objectifs communs inscrits dans le Programme 2030, « qui est notre meilleure chance de construire des sociétés plus inclusives et plus justes ».

En effet, la stratégie Jeunesse 2030 « nous appelle à travailler avec et pour les jeunes et requiert de nouvelles approches et de nouveaux partenariats  impliquant les Etats membres, les entreprises, la société civile », a-t-elle expliqué, saluant les « efforts considérables » de l’Etat du Sénégal dans l’éducation et la formation des jeunes.



Dans ce sens, le directeur de cabinet du ministère de la Jeunesse a souligné la « disponibilité » du gouvernement sénégalais à travailler avec le système des Nations unies dans « l’accompagnement » des jeunes.

Au cours de cette journée organisée dans le cadre d’un partenariat entre des agences du système des Nations (VNU, UNFPA, Unicef  et Unesco) et plusieurs associations de jeunes en plus du ministère de la Jeunesse du Sénégal, il est prévu un panel de discussion interactif, l’organisation d’un Marketplace et plusieurs activités récréatives au profit des participants.



ODL/cd/APA

Réagir à cet article