Sénégal-Urbanisation-Géolocalisation

Sénégal : vers un système d’information géographique dans 13 communes

APA-Dakar (Sénégal) Par Ibrahima Dione

L’Agence des travaux et de gestion des routes (Ageroute) et l’Agence nationale de l’aménagement du territoire (Anat) vont mettre en place un système d’information géographique (SIG) dans 13 communes sénégalaises dans le cadre d’un projet du Programme de modernisation des villes du Sénégal (Promovilles), a appris APA lundi à Dakar.

« Ces dernières années ont vu naître un intérêt grandissant pour les données géographiques, gages de meilleures politiques publiques en matière d’urbanisation. Le programme Promovilles a obtenu un financement de 500 millions F CFA de la Banque africaine de développement (BAD) pour produire des données urbaines très précises et mettre en place des SIG », a informé Astou Diokhané Sow, Coordonnatrice de Promovilles.

Elle s’exprimait au cours d’un atelier d’information et de partage portant sur ce projet. Les 13 communes du Sénégal concernées sont Yeumbeul Nord (ouest), Guédiawaye (ouest), Mbour (ouest), Thiès (ouest), Kaolack (centre), Saint-Louis (nord), Louga (nord-ouest), Keur Massar (ouest), Kolda (sud), Matam (nord), Tambacounda (est), Diourbel (centre) et Ziguinchor (sud).

A en croire Mme Sow, ces localités ont été choisies suite à « une analyse multicritères basée sur la taille démographique, la densité, le déficit infrastructurel et le réseau de voiries existant ».

De son côté, Oumar Ka, directeur des travaux géographiques et cartographiques (DTGC) a souligné que ce projet va assurer « une meilleure connaissance du territoire pour mieux l’aménager, valoriser ses ressources et faire le suivi-évaluation des programmes publics. De plus, ce système va centraliser toutes les données localisables ».

A terme, il permettra aux autorités de disposer entre autres « d’une couverture uniforme de photographies aériennes de haute précision en couleur du territoire communal, d’un système d’information géographique complet et opérationnel, d’un modèle numérique d’altitude, d’une représentation numérique de la topographie et de cartes numériques prêtes à être imprimées ».

En outre, une base de données sera constituée avec « la localisation et les caractéristiques des réseaux routiers et ferroviaires, d’assainissement, de voiries, de l’éclairage public, de l’aménagement paysager, des bâtiments, des infrastructures scolaires, sanitaires et marchandes, des végétations et des éléments de relief ».

Dans la phase 1 du projet, les bases de données urbaines de Guédiawaye, Kaolack, Louga, Mbour, Saint-Louis, Thiès et Yeumbeul Nord seront actualisées.

Dans la phase 2, des bornes seront installées et des photographies aériennes prises grâce au survol d’un avion dans les communes de Keur Massar (à moitié couverte), Diourbel, Kolda, Matam, Tambacounda et Ziguinchor qui ne possèdent pas de données à l’échelle d’intervention souhaitée.

Selon Mouhamadou Abib Niass, maire de Taïba Niassène (centre), « cet outil est très important car, chaque commune doit maîtriser son espace pour concevoir des politiques. Le représentant de l’Association des maires du Sénégal (AMS) n’a pas manqué de plaider pour la mise en place de SIG dans d’autres communes.


ID/te/APA

Réagir à cet article