Cameroun-Presse-Revue

Covid-19: la cacophonie gouvernementale à la Une au Cameroun

APA-Yaoundé (Cameroun) De notre correspondant : Félix Cyriaque Ebolé Bola

Un sentiment de malaise transparaît dans les journaux camerounais parus lundi, au sujet des sons de cloche divergents constatés au niveau de l’exécutif quant à la gestion de la crise du coronavirus.

Le constat reste le même, qu’il s’agisse du «rappel à l’ordre du PM» (Cameroon Tribune), du «recadrage du Premier ministre» (Mutations), du «PM (qui) recadre les ministres chauve-souris» (La Nouvelle), de «Le recadrage de Dion Ngute» (L’Indépendant), de «Dion Ngute sort ses muscles» (Le Messager), de «Dion Ngute confirme la cacophonie gouvernementale» (Émergence) ou de «la colère du PM» (Repères) : la stratégie des pouvoirs publics contre le Covid-19 est si cacophonique qu’elle a fini par faire sortir de ses gonds Joseph Dion Ngute.

Le Premier ministre, chef du gouvernement, explique la première publication citée, dans une correspondance aux membres de son équipe, a rappelé les principes cardinaux devant guider l’action de chacun et qui se résument en une franche collaboration, la solidarité ainsi que le respect des procédures. Cette note sonne le glas des initiatives personnelles et solitaires, renchérit Mutations. Cette mise en garde s’adresse prioritairement, prolonge The Guardian Post, aux fonctionnaires dont l’excès de zèle brouille l’action de l’exécutif dans la lutte contre le Covid-19.

Le PM réclame de l'ordre dans la communication gouvernementale, précise Eden. «Le Premier ministre met de l’ordre dans la maison, et rappelle les ministres à l’ordre», titre The Median. La nécessaire solidarité gouvernementale, tant prônée par le président de la République, est mise à rude épreuve de manière récurrente, soupire Repères.

Pour La Nouvelle Expression, seule une sortie du président de la République pourrait permettre de remettre chacun à sa place, et de redonner un nouveau souffle à la croisade contre la pandémie qui ne cesse d’avancer.

Sous le titre ironique «On les a retrouvés», Mutations fait le tour des membres du gouvernement qui se font entendre dans leurs départements ministériels respectifs, à la faveur de différentes initiatives, pour la plupart chapeautées par le Premier ministre. Pendant ce temps, d’autres, pourtant attendus au front contre le Covid-19, affichent un certain silence qui frise l’indifférence ou l’impuissance.

Dans un éditorial intitulé «Le leadership du silence» Aurore Plus explique que les choses sont ainsi devenues parce que la locomotive vient à se montrer défaillante. «Au Cameroun, on ne gouverne pas en s’exprimant ; on agit en priant les autres de deviner sa magnificence, de croire que tout va bien et donc d’applaudir à tout rompre», analyse le bihebdomadaire, fustigeant la coagulation sociopolitique en cours et s’étonnant, surtout, que certains veuillent croire que c’est le coronavirus qui doit s’adapter à Paul Biya, et non l’inverse.

Hors du pays, le silence du président de la République émeut également à l’image du directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus qui, à en croire Émergence, a adressé un message à M. Biya pour lui demander d’être en première ligne dans ce combat.

Tout n’est pas à jeter dans cette croisade contre un ennemi à la fois invisible et impitoyable, tempère Sans Détour, notant que le gouvernement étudie actuellement toutes les mesures d’accompagnement susceptibles d’atténuer les effets négatifs de la crise sanitaire en cours. Le Cameroun accélère sa lutte contre la pandémie, acquiesce The Sun.

Ce que retiennent également, et en chœur Cameroon Tribune, Échos Santé, La Nouvelle Expression, Municipal Updates, The Horizon, The Median, The Guardian Post, The Post, c’est l’entrée en vigueur, dès lundi, du port obligatoire du masque facial, réputé être une des meilleures barrières au virus.

FCEB/te/APA

Réagir à cet article