à l'instant

    Cameroun-Economie-Tic

    Le Cameroun initie un incubateur d’innovations pour la jeunesse africaine

    APA-Yaoundé (Cameroun)-

    Le technopole « Ocean Innovation Center (OIC) », dédié à la jeunesse africaine, a démarré ses activités dans la cité balnéaire camerounaise de Kribi avec pour objectif d’aider à la mise sur pied de startups innovantes, a constaté APA vendredi.

    Créé par Jacques Bonjawo, ancien cadre au siège de la firme américaine Microsoft, cet incubateur accueille, depuis deux semaines, six jeunes entrepreneurs pour le développement de projets de sécurité informatique, d’une application de livraison des plats de restaurants, d’images 3D pour la santé, d'un casque pour création de contenus virtuels et d’une plateforme de financement participatif.

    «OIC-Kribi a été lancé dans le but de développer le potentiel créatif des jeunes en permettant leur insertion socio-économique à travers la mise sur pied d’entreprises à fort potentiel», a expliqué à APA, l’initiateur Jacques Bonjawo.

    Ledit centre, disposant de 120 postes de travail et bénéficiant d'une connexion Internet à haut débit par fibre optique, a, selon son promoteur, la capacité d'accueillir jusqu'à 40 startups en même temps.

    Formellement inauguré en juillet 2017 en présence de quatre autres membres du gouvernement camerounais, l’OIC a signé, en fin février dernier, un accord de partenariat avec Microsoft afin d’identifier les meilleurs moyens de collaborer et d’aider les jeunes entrepreneurs à tirer le meilleur parti des dernières technologies afin d’accélérer la transformation digitale des économies africaines.

    Microsoft s’est aussi engagé à soutenir les startups créées et à leur fournir divers services ayant trait à l’accès au programme BizSpark pour les jeunes entreprises innovantes éligibles (EYC), à la mise à disposition de ressources pour le support technique, à l’organisation de formations techniques pour les participants, et au soutien financier aux startups dans leur phase d’accélération.


    FCEB/te/APA

    Réagir à cet article