à l'instant

    Maroc-Patronat-Entreprise

    CGEM : Mezouar-Mekouar, une candidature pour une entreprise forte et résiliente capable de relever les défis de l’avenir

    APA-Casablanca (Maroc)

    Le binôme Salaheddine Mezouar- Fayçal Mekouar en lice pour la présidence de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc –Patronat - (CGEM), a présenté, mardi à Casablanca, les grandes lignes de son programme placé sous le signe « Elan pour tous ».

    Devant un parterre de chefs d’entreprises, d’hommes d’affaires, d’économistes et de journalistes, le duo Mezaour-Mekouar a expliqué au détail les axes de son programme conçu à l’issue d’une tournée durant laquelle les deux candidats se sont rendus dans les antennes régionales de la CGEM et ont tenu des rencontres les responsables des fédérations sectorielles de l’organisation patronale.

    D’emblée, M. Mezaour a annoncé les couleurs. « L’enjeu de ce plan d’action qui peut encore être sujet à modification et à débat est de ré-impulser une nouvelle dynamique vertueuse par la confiance et la compétitivité.

    Et d’expliquer que « cette décennie est différente car elle est marquée par une croissance atone, sans emploi, par une panne de confiance, un manque de visibilité dans un contexte vulnérable et incertain…». « Dans cette incertitude, le secteur privé doit se prendre en charge et construire l’avenir main dans la main avec l’administration », explique l’ex-ministre de l’Economie et des Finances, candidat à la présidence de la CGEM.

    Il a fait valoir que sa stratégie couvrant la période 2018-2021 ambitionne d’ériger la CGEM en « une organisation représentative, inclusive et adaptée aux ambitions en proposant une réforme des statuts, un conseil des régions et une décentralisation des commissions et ce, sur la base d'une démarche pragmatique et de définition des priorités".

    « Notre vision d’une CGEM 2021 forte, efficace et en phase avec les attentes des entrepreneurs et les enjeux du pays, est axée sur un soutien volontariste à la PME et à la TPE, un renforcement de l’attractivité des territoires, un positionnement volontariste pour sur de nouveaux relais de croissance au bénéfice de tous, un recentrage du dialogue social ainsi que la mise en place de solutions sectorielles spécifiques couvrant tous les secteurs critiques », a détaillé M. Mezouar.

    Pour ce faire, la feuille de route du duo Mezouar-Mekouar se décline en six axes, 26 chantiers et 90 mesures. Parmi les mesures phares du programme figurent l’amélioration des délais de paiement, la simplification des procédures ainsi que l’adoption d’une loi permettant aux PME marocaines un meilleur accès aux marchés publics. Ces propositions pourraient permettre au Maroc de gagner des places dans le classement Doing Business selon le binôme.

    Elle souhaite également procéder à une révision du Code de travail afin de mettre en place la « flexisécurité », un dispositif donnant plus de facilité aux employeurs pour licencier des employés qui, eux, bénéficieront d’indemnités sur une plus longue durée et plus importantes avant de retrouver un emploi.

    Le duo se propose également de positionner l’économie nationale sur de nouveaux relais de croissance en adoptant, par exemple, une stratégie africaine incluant l’ensemble des acteurs de l’économie marocaine, notamment les PME.

    Abordant la politique de régionalisation, M. Mezouar a relevé la nécessité de tenir des réunions périodiques et tournantes entre la présidence et les régions et d'assurer une interaction du travail avec la centrale, en vue de renforcer le poids des régions et renforcer la proximité avec les entreprises.

    De son côté, Fayçal Mekouar a indiqué que le programme prévoit une concertation permanente avec les entrepreneurs et une mise en place d’indicateurs de suivi, ajoutant que « notre programme ambitionne de faire de la CGEM une confédération fédératrice par une intégration régionale et sectorielle, une dynamique de l’économie sociale et solidaire, et des solutions concrètes pour lutter contre l’informel ».

    « Nous avons fait le choix de l'écoute, du partage et de l'interaction pour que notre feuille de route soit la vôtre, et pour que, une fois investis de votre confiance, nous puissions, ensemble, en faire une plateforme de mobilisation et d'action, dans un esprit de synergie positive entre les différentes structures de notre confédération », a-t-il ajouté.

    L’autre binôme en lice pour la présidence de la CGEM est Hakim Marrakchi et sa colistière Assia Benhida. L’Assemblée générale élective de la Confédération générale des entreprises du Maroc aura lieu le 22 mai.

    HA/APA

    Réagir à cet article