RD Congo-Elections-UA-Réaction

La Cour constitutionnelle de la RDC ne se fait pas dicter son travail (L. Mendé)

APA- Kinshasa (RD Congo) –

La Cour constitutionnelle de la République démocratique du Congo (RDC) « est indépendante » et, de fait, le gouvernement congolais, encore moins l’Union africaine, ne peuvent lui dicter « ce qu’elle doit faire », a déclaré, vendredi à Kinshasa, le porte-parole du gouvernement congolais.

«Je ne pense pas qu'il appartienne au gouvernement ou même à l'Union africaine de dire à la Cour ce qu'elle doit faire », a notamment Lambert Mendé, réagissant ainsi à la demande de l’Union africaine de suspendre la proclamation des résultats définitifs des résultats des élections (présidentielle, législatives et provinciales) tenues le 30 dernier en RDC.

Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA, réunis en mini-sommet jeudi à Addis-Abeba,  ont, dans un communiqué reçu à APA, expliqué avoir basé leur requête sur de « sérieux doutes » au sujet des résultats provisoires proclamés depuis le 10 janvier par la Commission électorale indépendante (Céni).

Selon cette dernière, la présidentielle aurait été remportée par l’opposant Félix Tshisekedi avec 38,5% des voix et les législatives seraient très largement gagnées par les candidats du Front commun congolais (FCC, majorité présidentielle).

 Décidés à stopper la proclamation définitive de ces résultats, les dirigeants de l’UA ont convenu d’envoyer « en urgence », lundi à Kinshasa, une délégation dirigée par le président rwandais, Paul Kagamé, président en exercice de l’Union africaine.  

Le but de la mission sera « de trouver un consensus sur une issue à la crise postélectorale dans le pays (NDLR,  RDC) », indique le communiqué.

Anticipant l’issue de cette mission, Lambert Mendé a martelé dans son intervention que la Cour constitutionnelle de la RDC était « indépendante » dans son fonctionnement et qu’ainsi elle ne saurait se plier aux injonctions du gouvernement congolais ou de l’Union africaine.


CAT/APA

Réagir à cet article