Côte d'Ivoire-Société

Les journalistes invités à communiquer de «façon responsable» sur les violences sexuelles en Côte d’Ivoire

APA-Abidjan ( Côte d'Ivoire)

Des journalistes et blogueurs ivoiriens ont été invités, mercredi à Abidjan, lors d'un atelier, à communiquer de « façon responsable » sur les Violences basées sur le Genre ( VBG), notamment sur les cas de violences sexuelles exercées sur les femmes et les enfants dans le pays.

« La presse a un rôle préventif dans la lutte contre les viols et autres violences basées sur le Genre. Vous devez communiquer de façon responsable en préservant l'identité des victimes », a conseillé dans une présentation,  Grâce Elleingand, la directrice exécutive de l'ONG « Overcome Women» à des journalistes, blogueurs et animateurs de réseaux sociaux ivoiriens.

C'était à la faveur  d'un atelier de sensibilisation des acteurs des médias organisé par le ministère ivoirien de la femme, de la famille et de l'enfant sur la communication sur les cas de violences sexuelles.

Cette session de sensibilisation vise notamment  à améliorer la qualité des publications des journalistes et blogueurs sur les violences sexuelles exercées sur les enfants. De son côté,  Socrate Koffi du ministère ivoirien de la femme, de la famille et de l'enfant a fait savoir qu'il y a six principaux types de violences basées sur le Genre.

Il s’agit notamment du viol, de l'agression sexuelle, de l'agression physique, du mariage forcé, du déni de ressources d'opportunités ou de services et de la maltraitance psychologique et émotionnelle.

 Dans une autre communication sur la prise en charge juridique et judiciaire des VBG en Côte d'Ivoire, Aminata Koulibali du Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD) a insisté sur le principe de sécurité qui est « essentielle» sur la communication des VGB. 

Cet atelier de sensibilisation des acteurs des médias s'inscrit dans le cadre  de la campagne des 16 jours d'activisme sur les violences faites aux femmes et aux filles  qui a lieu chaque année du 25 novembre au 10 décembre.

Lancée en 1991, la campagne des 16 jours d'activisme sur les violences faites aux femmes et aux filles est une action internationale visant à mobiliser toutes les franges de la population à lutter contre l'impunité, le silence et la stigmatisation qui emmènent à la violence contre les femmes.

LB/ls/APA

Réagir à cet article